Des scientifiques du monde entier viennent ici pour étudier le comportement des éléphants de forêt et des gorilles dans un habitat intact, pour étudier la dynamique des populations de différentes espèces ou pour approfondir leurs connaissances sur l’écologie de la forêt tropicale. Les résultats de ce nombre impressionnant d’études sont intégrés dans les décisions relatives à la gestion du parc.

 

Pour nous, la recherche signifie également comprendre comment la gestion du parc affecte les communautés environnantes et comment nous pouvons les faire participer à la prise de décision. La recherche nous aide également à comprendre comment naissent les conflits entre les hommes et les animaux – et comment nous pouvons les résoudre, par exemple lorsque les éléphants de forêt détruisent les récoltes en cherchant de la nourriture.

 

Un autre domaine de recherche important à Dzanga-Sangha est celui des maladies infectieuses et de leur mode de transmission. Par exemple, comment les gens peuvent-ils mieux se protéger contre les épidémies? Ou comment réduire le risque de transmission de maladies des êtres humains aux gorilles habitués? Notre projet sur les “zoonoses” cherche des réponses à ces questions.

 

Mais commençons notre aperçu de certains des projets de recherche les plus passionnants de Dzanga-Sangha avec notre programme d’habituation des primates (PHP), qui traite de l’habituation des primates à la présence de l’homme, afin d’explorer leur monde et de le rendre accessible aux touristes.

 

Les résultats de ce nombre impressionnant d'études sont intégrés dans les décisions relatives à la gestion du parc.

Le programme d’habituation des primates

Allard Blom (WWF) a lancé le Programme d’habituation des primates (PHP) en 1997. Au fil du temps, le PHP a connu un succès croissant et est aujourd’hui solidement établi dans notre travail à Dzanga-Sangha. Ce programme est important pour deux raisons : premièrement, il contribue à la protection des gorilles en augmentant nos connaissances sur leur mode de vie et en nous fournissant des informations qui n’auraient pas été disponibles sans l’habituation ; deuxièmement, il attire les visiteurs et contribue ainsi au développement d’un tourisme doux et durable qui profite aux habitants de la région. Il y a actuellement trois groupes de gorilles habitués à Dzanga-Sangha, ainsi que le seul groupe de mangabeys agiles habitués au monde.

Il y a actuellement trois groupes de gorilles habitués à Dzanga-Sangha, ainsi que le seul groupe habitué de mangabeys agiles au monde.
Gorilles de plaine habitués

Les visiteurs qui ont la chance de voir des gorilles à l’état sauvage vivront une expérience inoubliable. Peut-être est-ce parce que nous avons en commun avec les gorilles environ 98 % de notre patrimoine génétique – en tout cas, la rencontre avec nos proches parents inspire des sentiments forts et le désir de protéger ces animaux sauvages et leur habitat. C’est précisément l’une des grandes forces du Programme d’habituation des primates : mettre les gens en contact avec la nature et leur permettre de mieux comprendre la conservation de la nature.

 

L’une des clés du succès du processus d’habituation réside dans les capacités extraordinaires, la patience et l’engagement des pisteurs BaAka. Leur sens aigu et leur profonde connaissance de la forêt sont étonnants : ils peuvent percevoir les moindres bruits et odeurs dans la forêt dense ; ils reconnaissent certains signes non visibles à l’œil nu dans le feuillage profond ; ils distinguent les traces de différentes espèces animales ; ils connaissent l’âge des empreintes et la direction qu’elles indiquent.

 

Une part fixe du prix payé par les visiteurs pour observer les gorilles revient aux communautés locales. Ainsi, une nature intacte devient un atout à protéger, qui contribue à améliorer les conditions de vie des populations locales.

Études à long terme sur la dynamique des populations d’éléphants de forêt

Aucun autre endroit en Afrique centrale n’offre des conditions aussi bonnes pour l’observation des éléphants de forêt que Dzanga-Sangha. Le Dzanga Bai est le seul endroit au monde qui attire régulièrement un grand nombre d’éléphants de forêt. Entre 40 et 100 animaux visitent la grande clairière de la forêt tropicale quasiment chaque jour de l’année.

En 1990, Andrea Turkalo a lancé la première et la plus longue étude sur les éléphants de forêt à Dzanga Bai – la Dzanga Forest Elephant Study. Sur une période de 27 ans, des données ont été continuellement collectées, analysées et évaluées. Plus de 4 000 éléphants de forêt ont été identifiés ; plus de 1 000 ont été observés sur de longues périodes, ce qui a permis aux chercheurs de suivre leur histoire. Il en résulte une mine de données qui nous renseignent sur les schémas de déplacement, les relations familiales, les structures d’âge, le comportement social, la reproduction et la nutrition.

 

Pour en savoir plus sur leurs itinéraires migratoires, certains éléphants de forêt sont équipés depuis quelque temps déjà de colliers de surveillance par satellite. Après tout, la connaissance de leurs habitudes de déplacement – même au-delà des frontières nationales – est l’une des nombreuses étapes importantes vers la protection globale des éléphants de forêt dans le bassin du Congo.

Bio-surveillance

Il est important de collecter régulièrement des données sur l’état des forêts et des espèces afin de révéler leurs tendances, ceci afin de nous aider à gérer Dzanga-Sangha. Cette collecte systématique de données est appelée biosurveillance.

À Dzanga-Sangha, nous avons mis en place un système de surveillance qui suit non seulement les espèces sauvages, mais aussi, par exemple, la façon dont la pression humaine affecte les ressources naturelles. En outre, nous enregistrons la distribution spatiale des habitats, si et comment la zone forestière change, et nous collectons des données sur l’utilisation du bois.

 

Surveillance des clairières forestières à l’aide de pièges photographiques

Les clairières de forêts naturelles (bais) font l’objet d’une attention particulière dans le cadre du programme de surveillance, car elles sont connues pour leur richesse en espèces. Les braconniers sont conscients de cette richesse et pourraient cibler les bais, qui ont donc besoin d’une protection particulière. La surveillance à l’aide de pièges photographiques est un élément de la stratégie de protection.

 

Au sein de la DSPA, nous surveillons actuellement quatre grandes clairières forestières à l’aide de pièges photographiques installés en permanence. Rien que sur le grand bai de Dzanga et dans ses environs, 30 pièges photographiques au total surveillent les activités et nous fournissent une foule de données sur les animaux qui y viennent, la fréquence de leurs visites et l’utilisation qu’ils font des ressources.

Dans la DSPA, nous surveillons actuellement quatre grandes clairières forestières avec des pièges photographiques installés en permanence.

Recherche sur les zoonoses

Les zoonoses sont des maladies infectieuses qui peuvent être transmises de l’homme aux animaux – et vice versa. Le virus Ebola et l’anthrax par exemple en font partie. Pour protéger l’homme, les primates habitués et d’autres animaux sauvages, nous travaillons depuis 2012 avec l’Institut Robert Koch sur un système d’alerte précoce. Ce système est conçu pour aider à identifier rapidement les menaces sanitaires et à lancer des réponses immédiates.

Cette approche (également appelée “One Health”) est très appréciée par les populations locales: elle réduit le risque d’épidémies mortelles et contribue à maintenir en bonne santé les groupes de gorilles habitués et d’autres populations d’animaux sauvages – assurant ainsi la source de revenus de l’écotourisme.